Théâtre Les Gazelles


 

le théâtre Les Gazelles relance une nouvelle fois sa saison !

Théatre Gazelles façade Theatre 3 Theatre 2

Le Théâtre Les Gazelles est un théâtre étudiant de 57 places et de 5,5/7,5m au plateau entièrement équipé.

Son objectif est d’accueillir les projets étudiants en :
1 . Résidences et sorties de résidence
2 . Répétitions ponctuelles
3 . Productions et créations

Les étudiants peuvent bénéficier de ces possibilités.
Se présenter ou prendre rendez-vous avec le service culturel
Et/ou contacter directement Johanna Griesser : 04 42 93 47 69 – culture@crous-aix-marseille.fr.

Le Théâtre Les Gazelles propose également une large programmation et des ateliers tout au long de l’année, gratuits pour tous les étudiants, débutants, souhaitant découvrir les plaisirs du jeu et de la scène et/ou plus expérimentés désirant s’enrichir et approfondir leurs connaissances et travail au plateau. Les ateliers hebdomadaires proposés, menés par des étudiants en théâtre, donnent lieu à plusieurs représentations à la fin de l’année universitaire.


SPECTACLES

Exposition | Le fantastique dans le cinéma
Exposé par Fanny Bouquier, Maelys Goudin-Nicoli, Esra Hinnen, Mélody Marty et Luis Sanchez Pages
Vendredi 26 janvier | 8H-12H

Un groupe d’étudiants en master 2 Droit et Activités artistiques travaillent sur un projet pour un cours d’Histoire des Institutions artistiques. Ce projet, il s’agit du fantastique dans les institutions artistiques, et plus précisément, pour leur part, du cinéma fantastique. Puis un jour, alors qu’ils travaillaient sur leur projet, le cinéma prit vie et leur projet se transforma en un immense film. Le cinéma intégra la réalité ; n’est-ce pas fantastique ? Ces étudiants sont alors confrontés à différents films qui ont marqué l’institution cinématographique, aux innovations techniques et intellectuelles qui ont accompagné l’évolution du cinéma et ont permis au fantastique de s’imposer dans cet art, et en fin aux grandes époques du cinéma qui ont marqué le cinéma fantastique par les différentes visions et approches. Ce groupe d’étudiants va donc découvrir un monde imaginaire, fantastique et et cette incursion du cinéma fantastique dans la réalité va leur permettre de découvrir de la meilleure des façons une évolution incroyable d’un art hors du commun. Tout a commencé avec la création du cinématographe par les frères Lumières. A partir de là, des artistes et des intellectuels ont profité de cette invention pour raconter des histoires, divertir et faire voyager les spectateurs dans d’autres mondes. Le fantastique a pris une place importante dans le cinéma et dès le début, des histoires merveilleuses, fantasmagoriques ou parfois effrayantes ont pris possession de ce nouvel art aux possibilités multiples. Il s’agit donc de l’évolution d’une histoire fantastique et des moyens techniques qui ont été inventés permettant aux spectateurs de se plonger au mieux dans ces aventures cinématographiques.

 

Théâtre | Paris Révolutions

Mise en scène de Marie-Catherine Conti
Avec : Lucile Delzenne, Lucas Ecuer, Nicolas Katsiapis, Théophile Gasselin, Paul Platel, Manon Raffaelli et Séraphin Rousseau
Lundi 29, mardi 30 et mercredi 31 janvier | 20H30

Nous ne gardons bien souvent du passé qu’une succession de portraits mal agencés, Louis XIV, Napoléon, De Gaulle… grandes figures qui auraient fait l’histoire de la France. Avec ce spectacle portant sur les révolutions de 1789, 1848 et 1871, la Compagnie Nyctalope a voulu faire revivre un acteur souvent ignoré, toujours dépositaire d’un idéal puissant, un acteur, hélas, dont on ne fait plus grand cas ; cet acteur c’est le peuple.

 

Mardi 13 février | 20H30

Théâtre | May Be, d’après l’Ami Retrouvé de Fred Uhlman

Mis en scène et interprété par Johanna Griesser

Agé de seize ans, Hans Schwarz, fils unique d’un médecin juif, fréquente le lycée le plus renommé de Stuttgart. Il est encore seul et sans ami véritable lorsque l’arrivée dans sa classe d’un garçon d’une famille protestante d’illustre ascendance lui permet de réaliser son exigeant idéal de l’amitié, tel que le lui fait concevoir l’exaltation romantique souvent le propre de l’adolescence. C’est en 1932 qu’a lieu cette rencontre, qui sera de courte durée, les troubles déclenchés par la venue d’Hitler ayant fini par gagner la paisible ville de Stuttgart. Les parents de Hans, qui soupçonnent les vexations que subit le jeune homme au lycée, décident de l’envoyer en Amérique, où il fera sa carrière et s’efforcera de rayer de sa vie et d’oublier l’enfer de son passé. Ce passé qui se rappellera un jour à lui de façon tragique.

 

Dans le cadre d’une semaine consacrée aux droits de la femme

Mercredi 7 mars | 14H

Projection cinématographique | Les suffragettes | Réalisé par Sarah Gavron

Au début du siècle dernier, en Angleterre, des femmes de toutes conditions décident de se battre pour obtenir le droit de vote. Face à leurs revendications, les réactions du gouvernement sont de plus en plus brutales et les obligent à entrer dans la clandestinité pour une lutte de plus en plus radicale. Puisque les manifestations pacifiques n’ont rien donné, celles que l’on appelle les suffragettes finissent par avoir recours à la violence pour se faire entendre. Dans ce combat pour l’égalité, elles sont prêtes à tout risquer : leur travail, leur maison, leurs enfants, et même leur vie. Maud est l’une de ces femmes. Jeune, mariée, mère, elle va se jeter dans le tourbillon d’une histoire que plus rien n’arrêtera…

 

Dans le cadre d’une semaine consacrée aux droits de la femme

Jeudi 8 et vendredi 9 mars | 20H30

Théâtre | Antigona ou Rien n’advient, d’après Sophocle

Mise en scène de Alberte Alonso

Avec : Amina Lamghari

Ismène, dernière de sa lignée, revient sur les événements qui ont conduit sa sœur Antigone vers la condamnation et la mort. Elle se sent obligée de refaire le même chemin, d’accomplir sa destinée tragique, se croyant prisonnière de la malédiction jetée sur la maison des Labdacides. Mais on découvrira que l’aspect vraiment tragique c’est qu’elle, et tous avant elle, n’ont pas compris qu’ils ont toujours eu le choix.

 

Dans le cadre d’une semaine consacrée aux droits de la femme

Samedi 10 mars | 20H30          Dimanche 11 mars | 16H

Théâtre | Huit femmes, d’après Robert Thomas

Mise en scène de Mario Constante

 

Le matin de Noël, alors que la maison et le domaine sont couverts de neige, on trouve le père de famille assassiné dans sa chambre. Très vite, on s’aperçoit que le criminel n’a pu ni entrer ni sortir…  L’assassin est donc l’une des huit femmes présentes. Oui, cet homme était entouré de femmes : sa femme, coquette et menteuse, sa belle-sœur, vieille fille aigrie, sa belle-mère, avare et ivrogne, sa fille aînée, peu vertueuse, sa cadette, mal élevée et gavée de romans noirs, la bonne, perverse, la gouvernante, joueuse… enfin sa sœur, ancienne danseuse retirée en province après une vie tumultueuse. Ces huit femmes sont bloquées dans la maison et doivent faire leur police elles-mêmes. Les vérités éclatent. C’est une corrida cocasse et grinçante, mais terrifiante aussi car la coupable continue de tuer !

 

Dimanche 25 mars | 20H30

Théâtre | Les Justes, Albert Camus

Mise en scène de Johanna Griesser

Avec : Benjamin Baudvin, Hugo Daumalin, Aurélie Imbert, Jean-Baptiste Riolacci et Cédric Trouche

Moscou, février 1905.
Un appartement.
Un groupe de terroristes, appartenant au parti socialiste révolutionnaire, organisent un attentat à la bombe contre le grand-duc Serge, oncle du tsar.

Cet attentat et les circonstances singulières qui l’ont précédé et suivi font le sujet des Justes. Si extraordinaires que puisse paraître, en effet, certaines des situations de cette pièce, elles sont pourtant historiques. Ceci ne veut pas dire, on le verra d’ailleurs, que Les Justes soient une pièce historique. Mais tous les personnages ont réellement existé et se sont conduits comme je le dis. J’ai seulement tâché à rendre vraisemblable ce qui était déjà vrai.

J’ai même gardé au héros des Justes, Kaliayev, le nom qu’il a réellement porté. Je ne l’ai pas fait par paresse d’imagination, mais par respect et admiration pour des hommes et des femmes qui, dans la plus grande impitoyable des tâches, n’ont pas pu guérir de leur cœur. On a fait des progrès depuis, il est vrai, et la haine qui pesait sur ces âmes exceptionnelles comme une intolérable souffrance est devenue un système confortable. Raison de plus pour évoquer ces grandes ombres, leur juste révolte, leur fraternité difficile, les efforts démesurés qu’elles firent pour se mettre en accord avec le meurtre – et pour dire ainsi où est notre fidélité. Albert Camus


 

Infos et réservation au 04 42 93 47 69 | culture@crous-aix-marseille.fr

L’ensemble des activités proposées par le Théâtre Les Gazelles est gratuit, nombre de places limité, réservation conseillée.

 

ATELIERS THÉÂTRE

Tous les lundis de 19h à 22h : Roxane Samperiz, Textes choisis d’après Jean Luc Lagarce.

Atelier 1Au travers de cet atelier vous travaillerez sur la diction, sur la difficulté à dire, mais surtout sur le fil de la pensée, comment faire pour que le spectateur voit la pensée en marche, voit la construction, les hésitations, d’une phrase toujours à inventer ? Ce sera un travail poétique, de finesse, autour de la langue et de l’intime. Vous travaillerez également sur la tension et l’enfermement au sein d’un groupe. Toutes ses pièces sont pour ainsi dire des huit-clos où tous les personnages semblent dans l’impossibilité de partir et où les non-dits crées une tension particulière à l’œuvre de J.L Lagarce.

Tous les mardis de 19h à 22h : Roxane Samperiz, Le Porteur d’histoires d’Alexis Michalik.

Atelier 2Le porteur d’histoire est une aventure théâtrale qui nous entraîne dans une quête effrénée, un périple à travers le temps, à travers l’Histoire et les histoires. Le texte nous questionne avec beaucoup de finesse sur ce qui fait notre histoire, nos racines. On y rencontre une multitude de personnages, on voyage d’époque en époque. Le texte est écrit pour que chaque comédien incarne plusieurs personnages. Ainsi Roxane Samperiz base l’essentiel du travail de cet atelier sur les masques corporels : grâce à des exercices de groupe et d’appréhension de l’espace scénique pour sa valeur dramatique et symbolique, vous prendrez conscience du langage corporel comme moyen universel de communication. Vous développerez votre capacité d’écoute active, de jeu et de réactivité grâce à de nombreuses improvisations de groupe.

Non merci

Le crous mobile

Le crous a son appli

Retrouvez toutes les infos du Crous (Restos U, logement, activités culturelles, services sociaux…) sur votre smartphone !